Accueil Lifestyle A la découverte d’Adrien Cachot, finaliste de Top Chef 2020

A la découverte d’Adrien Cachot, finaliste de Top Chef 2020

de adh-admin

Messieurs, votre web-magazine préfère L’Atelier Des Hommes est de retour pour une nouvelle découverte. Aujourd’hui, nous allons vous présenter un cuisinier extrêmement créatif et complètement loufoque, Adrien Cachot, finaliste de Top Chef 2020 !

A la découverte d’Adrien Cachot 

Pour nos aficionados de Top Chef, cette saison fut une véritable réussite. Que ce soit au niveau des candidats, avec des parcours incroyables, ou des plats présentés tout au long de la saison. Mais dès le premier épisode, un seul chef s’est démarqué, avant même d’avoir présenté quoi que ce soit.

Si on vous dit qu’en pleine compétition, il prend son temps pour aller aux toilettes et que sa nonchalance a fait de ce candidat le « Chouchou » du public. Vous le reconnaissez ? 

On parle bien évidemment de d’Adrien Cachot, figure emblématique de cette fabuleuse saison de Top Chef, mais aussi l’élément fort de l’équipe violette de Paul Pairet.

Fils d’artisans, issu d’une famille avec des origines catalanes, Adrien Cachot grandit à Cenon, dans l’agglomération bordelaise et rêve d’être footballeur. Il a une scolarité difficile et se considère comme un « élève incompris » par ses professeurs. Après sa troisième au collège Jean-Zay de Cenon, il tente, à quatorze ans, de s’inscrire en maçonnerie, en couture ou encore en cuisine, qui l’attire pour son côté libre, mais aucun établissement ne le prend. Il est au-delà de la 200e place en liste d’attente du lycée hôtelier de Talence, et les seules filières qui lui sont proposées sont la chaudronnerie ou la comptabilité.

Son père arrive à lui trouver un stage d’été pour deux ou trois semaines au restaurant cenonnais étoilé La Cape, chez le chef Nicolas Magie. Adrien Cachot y reste finalement trois ans en tant qu’apprenti, en suivant parallèlement une formation de CAP cuisine de deux ans au CFA Simone-Brandy,  puis une année à l’École Hôtelière du Périgord à Boulazac, au terme de laquelle il décroche, en 2008, une Mention complémentaire de cuisinier en desserts de restaurant.

Son indépendance professionnelle

Adrien Cachot part ensuite à Paris travailler pendant deux ans comme chef de partie à La Cantine du troquet avec Christian Etchebest.

En décembre 2011, il retourne dans le sud-ouest travailler pendant trois ans dans un établissement de Nicolas Magie, la brasserie cénonnaise Ze Rock (brasserie du Rocher de Palmer). Il y seconde dans un premier temps celui qui fut son ancien tuteur à La Cape, Thomas Brasleret, avant de lui succéder comme chef à 23 ans. Adrien Cachot dira plus tard combien cette première expérience de chef fut difficile à cet âge. La passion d’Adrien Cachot pour la cuisine se développe peu à peu, à force de travail, et il estime avoir eu un déclic huit ans après ses débuts dans la restauration, quand il réalise que son métier prend le pas dans son esprit sur ses autres passions que sont l’art urbain et le football.

Adrien Cachot

Vers 2014, Adrien Cachot revient à Paris travailler pendant un an comme chef au Petit Pan, un bar à tapas de Benoît Gauthier, où il est seul avec un plongeur. En janvier 2015, il participe aux sélections du concours de jeunes chefs San Pellegrino Young Chef, et finit à la troisième place de la sélection française avec son plat signature : « Poulpe de Saint-Jean-de-Luz et cervelle de veau rôtie, pulpe de chou-fleur, noix de coco et condiments iodés ».

Avant d’ouvrir son restaurant, Adrien Cachot fait un séjour de trois mois au Japon, pays qu’il visite régulièrement avec sa compagne franco-japonaise Emie Wada, et dont il retire des influences culinaires.

Son Restaurant « Le Détour »

Soutenu par Christian Etchebest, Adrien Cachot ouvre, le 16 mars 2017, son restaurant, Détour, avec sa compagne, dans un petit local du 9e arrondissement, qui peut accueillir seize couverts. Au démarrage, le restaurant passe inaperçu, jusqu’à ce que l’établissement soit repéré, début avril 2017, par Emmanuel Rubin, qui le présente dans Le Figaro, ce qui lance sa fréquentation. Le restaurant est ensuite remarqué par d’autres médias (Le Point, l’Express, blogs gastronomiques) qui titrent souvent en faisant des jeux de mots sur un restaurant « qui vaut le détour ». Le Figaro l’inclut dans son top 20 des tables parisiennes 2017 (« Meilleur terroir contemporain ») et Adrien Cachot reçoit, la même année, le trophée « Tremplins », remis par le magazine Le Chef.

Adrien Cachot

Fin 2018, Adrien Cachot est nommé «Jeune Talent » dans le millésime 2019 du Gault & Millau et, dans cette édition, la note de son restaurant passe à 13,5/20 et deux toques.

Adrien Cachot pratique une cuisine à la fois « rigoureuse » et « ludique, sensible, artistique » et aime surprendre ses clients avec un esprit aventureux. Adrien aime prendre les produits habituellement laissés de côté (couenne de porc, langue de canard, pieds de canard, pouces-pieds, etc.) et leur donner de la beauté.

Il a une très forte mémoire gustative et puise son inspiration dans ses voyages au Japon, à Shanghai et en Italie. Ce cuisinier est un admirateur du chef catalan Ferran Adrià et de Pascal Barbot.

Sa participation à Top Chef 

Vers 2016, Adrien Cachot passe une première fois le casting de Top Chef, sans succès. Rappelé par la production, il n’est pas toujours motivé, hésite et change d’avis, mais finit par accepter en 2019, après une ultime relance au cours de laquelle la production lui dit « on pense qu’on a loupé le rendez-vous avec toi », une approche qui le touche. Adrien Cachot voit le concours comme un défi personnel, n’ayant pas fait de grandes maisons, contrairement à la plupart des candidats.

Le tournage de la saison 11 de Top Chef débute le 30 septembre 2019. Il se fait remarquer dès la première épreuve qualificative lorsque, en plein coup de feu , il s’absente de son plan de travail pour aller tranquillement aux toilettes. Il est retenu dans la brigade de Paul Pairet. S’il donne une première impression de nonchalance et de désinvolture, Adrien Cachot s’affirme rapidement comme un candidat « énorme », à la force tranquille.

Adrien Cachot

Adrien remporte notamment l’épreuve du « plat en croûte original » de Glenn Viel, la dernière chance sur la salade, où sa sucrine fumée, condiment salade et mer, est jugée comme l’un des meilleurs plats de toute la compétition, l’épreuve du chocolat en plat salé d’Alexandre Mazzia, la guerre des restos qu’il remporte avec Mallory Gabsi en faisant l’unanimité du jury, l’épreuve des fruits de mer de Mauro Colagreco, l’épreuve du show culinaire, dans laquelle il impressionne un parterre de huit chefs deux et trois étoiles en cuisinant du foie gras et des huîtres avec un flambadou.

L’homme se qualifie en finale, où il s’incline face au chef étoilé David Gallienne. Il estime, a posteriori, avoir perdu en raison de son choix d’un menu complexe à réaliser et est considéré comme le vainqueur « de cœur » du concours.

Après le concours, Adrien Cachot projette de déménager dans un restaurant plus grand et avec une cuisine mieux équipée, afin de pouvoir repousser les limites de sa cuisine. Le restaurant Détour est définitivement fermé après le confinement de 2020.

L’avis de La Redac 

Passionnés de cuisine, nous aimons les gentlemen qui cassent les codes à travers la cuisine. Adrien montre sa sensibilité et sa créativité dans ce monde d’artiste. 

@adriencachot

Articles associés