Quelles sont les nouveautés apportées par l'Atelier Des Hommes ?

Hidden Content

Interview de Mehdi Baghdad Made in L’Atelier Des Hommes

Mehdi « The Sultan » Baghdad. Tous les connaisseurs de MMA ou de sports de combat en général connaissent ce nom et le combattant qu’il y’a derrière . Deux combats à l’UFC, un titre de champion du Monde WKBC de Muai Thaï et du RFA… A 31 ans, le Varois en a sous la pédale et dans le ventre. La rédac’ L’Atelier Des Homme l’a rencontré dans sa ville natale. Il nous a parlé de sa préparation, de son dernier combat, de ses regrets et de son futur. Retour sur cette entrevue Made In L’Atelier Des Homme.

mehdi-1

Une défaite malgré une préparation plus que poussée

Son dernier combat donc, perdu contre le Canadien John Makdessi sur décision (très) partagée, a été pour lui une vraie désillusion. Mais attention, Mehdi Baghdad n’est pas du genre à se laisser abattre, son passé parle pour lui.

Cette fois il a eu le temps pour se préparer, contrairement à son premier combat dans l’octogone. Ils nous avoue lui même s’être entrainé comme un commando pendant 4 mois.

« Pour mon dernier combat, j’étais prêt, physiquement j’étais au top. Je n’ai jamais été aussi prêt. Makdessi est un combattant assez dure et je m’attendais à un combat rude, je me suis préparé en conséquence. J’ai eu une très longue préparation, un Fight Camp d’environ 4 mois (2 mois environ pour ce qui se fait généralement). J’ai aussi été assisté d’un diététicien spécialisé dans ce type de prépa« .

Une préparation qui, finalement, ne lui a pas permis de triompher. Il admet avoir quelque peu manqué de lucidité à des moments clefs du combats comme par exemple au moment où il sentait son adversaire faiblir. Au lieu d’insister sur du combat debout il aura tenté une prise très difficile.

« Comme je le disais Makdessi est plutôt rude, en 11 combats il n’avait jamais été mis ko. Même contre Cowboy Cerrone, un combat serré, il a jeté l’éponge après une fracture de la mâchoire et non pas sur un vrai K.O.

Il y’a un geste que je tente vraiment beaucoup à l’entrainement, c’est le juji gatame à la volée. Après les deux premiers round j’avais l’ascendant, je me sentais bien. Mais au lieu de continuer sur du striking j’ai voulu lui placer ce juji gatame pour marquer les esprits. »

Une expérience qui lui servira pour la suite, une erreur qu’il ne commettra plus.

« J’avoue que si c’était à refaire je ne referais pas la même chose. J’ai été pris par l’émotion : MGM, Vegas, mon premier vrai combat à l’UFC avec une vraie préparation, le monde, l’enjeu… Tout ça à fait que je me suis peut être emporté. Mais c’est comme ça que je voyais la chose sur le coup. Vous verrez lors de mon prochain combat, je ne referai pas les mêmes erreurs c’est promis« .

Si l’UFC reste la priorité, d’autres projets arrivent

Qui en doute lorsque l’on connait les ressources mentales du combattant ? Pas le temps de s’apitoyer sur son sort avec les échéances qui arrivent.

« Je vais avoir une autre chance à l’UFC. J’ai demandé à mes managers d’essayer de programmer un combat pour début décembre. Cela me permettrait de digérer tout ça, de me remettre dans le bain et de me re-préparer. Malgré tout, ça me permettra aussi de me remettre en question quelque part, sur l’aspect « émotions » surtout. Sincèrement j’aimerais vraiment aider à représenter les Français. Les représentants tricolores n’ont, jusque là, fait que quelques combats avant de s’en aller. J’aimerais m’inscrire un peu plus dans la durée. Tout ça passe par une remise en question de moi même avant tout. A moi de rester simple« .

Avec un futur qui s’inscrit certainement à l’UFC malgré deux défaites en autant de combats.

« Généralement l’UFC nous donne 3 chances. Je ne sais pas si ils vont considérer le premier combat comme une défaite sachant que je n’ai pas eu de vraie préparation. Pour moi, c’est une défaite et donc il me reste une ultime chance. A moi de la saisir. 

Je pense qu’il vont me proposer un combat contre un fighter qui a aussi connu deux défaites. On verra bien, une chose est sure : je ne commettrai pas les mêmes erreurs et j’aurai une vraie expérience de ce qu’est un combat à l’UFC « .

mehdi-2

Un projet important à très court terme donc. Sans oublier d’élargir un peu plus sa palette et de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

« J’ai pour projet de développer un programme de « télé réalité » sur le MMA. On aimerait proposer ça dans le style « Big Brothers » avec quand même pas mal de filtres liés à la violence. On voudrait toucher un public assez large et donc il va falloir proposer quelque chose qui correspond à tout le monde. Ca signifie un travail de traitement de l’image mais aussi sur les accessoires utilisés, par exemple, les gants seront surement un peu plus épais que ceux utilisés à l’UFC. 

Je travaille là dessus actuellement avec un professionnel de la télé réalité qui a, entre autre, réalisé certains « secret story ». On aimerait travailler avec Bein sport. Le but est surtout de faire monter le MMA en France. Mon rôle serait d’être le directeur de « l’écurie » et on ferait participer chaque semaine un combattant connu. Certains dont je ne peux pas encore donner les noms ont déjà accepté de participer. C’est dans les cartons on verra bien quand ça aboutira« .

En tout cas, on lui souhaite le meilleur. L’homme nous a paru sincère, son comportement a été irréprochable à notre égard, bien loin de la caricature du Fighter écervelé ou de la star au comportement exécrable. Un vrai Gentleman qui se bouge pour réaliser ses rêves, avec « I live the live i deserve » comme ligne directrice. A suivre absolument.

Retrouvez Mehdi « The sultan » Baghdad et sa « Selfinterview », exclusivité de L’Atelier Des Hommes. Retrouvez le sur les réseaux sociaux : Instagram et Facebook (liens).

Recevez tous les jours le meilleur de L'Atelier Des Hommes dans votre boite mail !